DNA – 16 octobre 2019

A Colmar, le centre d’expertise en anti- âge, bien-être et minceur L’Excellence propose une prise en charge globale et individuelle, basée sur les besoins socioesthétiques du client. C’est l’esthétique 2.0.

 

Elle est dans l’expertise corps et visage depuis 25 ans. Mais Angélique Pérotin a voulu approfondir la démarche en créant un centre qui soit « à la fois une bulle de sérénité pour se ressourcer profondément et des pôles technologiques pour répondre aux attentes d’aujourd’hui ». Totalement indépendant et ayant reçu l’agrément Alsace, le centre emploie six personnes dont Salomé Riess, diplômée d’État en esthétique qui prépare actuellement son brevet professionnel et qui a été élue meilleure apprentie régionale en 2019.

Carine de Viveiros se charge de « l’univers du mieux-être » et tra- vaille avec deux lignes de cosmétiques, la phytobiodermie, « un travail sur l’énergie vitale du corps qui permet de remettre celui-ci en harmonie avec les saisons », « des cosmétiques holistiques qui travaillent sur les émotions ». La jeune femme insiste sur le fait que ces soins ne sont pas forcément liés à la minceur : « Le bien-être peut passer certes par la silhouette, mais peut aussi être juste personnel ». Un moment de détente où seuls des produits naturels (algues, argiles…) sont employés. Lise Roth est plus spécialisée dans les soins du visage anti-âge. « Le but est de lisser les rides et ridules et d’axer les soins sur la fermeté et l’hydratation. Cela passe notamment par des techniques de palper-rouler qui agissent sur les cellules graisseuses ».

Ainsi, « chaque process est créé sur mesure », explique Angélique Pérotin. « Nous prenons en compte les paramètres entre la vie des clients, leur âge, qui ils sont… » L’entreprise est devenue le premier centre d’expertise agréé en France et recourt à des technologies allemandes ou américaines, mais ne travaille qu’avec des laboratoires français. Et pour Angélique, « c’est le côté local le plus important, c’est cela qui fait sens et nous porte ».

Autre aspect, la taille des « cabines de soins », bien plus grandes que d’habitude : « Les clients y sont plus détendus. Du coup, les cellules sont mieux oxygénées et elles lâchent prise. La réception du soin est meilleure ».

Alsacien et personnalisé donc, le centre renouvelle son pôle technologique tous les ans. Également thérapeute et coach alimentaire, Angélique utilise par exemple le « Styku », un scanner corporel hyperprécis capable d’exprimer tous les pourcentages des différentes graisses retenues dans le corps. Ou le « Vaccum », un tapis de marche chauffant permettant d’éliminer 1 500 calories en une demi-heure ».

Depuis deux ans, outre un pôle bio, le centre a également ouvert un pôle dédié aux chefs d’entreprises et aux salariés. « Il s’agit de soins ressourçants, défatigants, énergétiques qui aident à se sentir mieux ». Depuis, leur clientèle a bondi de 40 %. Et celle du centre est constituée dans son ensemble de 52 % de femmes et 48 % d’hommes.

Nicolas PINOT